Roma : La grande bellezza

La grande bellezza – Paolo Sorrentino, 2011

Rome et ses ombres : génial !

Rome telle qu’elle est ? telle qu’on la dépeint au cinéma en tout cas ; décadente mais toujours grande, débauchée mais toujours fascinante, indécente mais toujours élégante.  L’introduction du film est formidable ;  Rome de jour, et les groupes de touristes qui contemplent le grandeur passée en plein soleil et Rome la nuit et les romains, blasés qui se noient dans la fête.

C’est la peinture des ombres romaines qui est magnifique dans ce film, des ombres qui se figent le jour et qui s’animent la nuit venue et à Rome il y a les ombres du passé, les fantômes historiques et les fantômes cinématographiques. Ce film vaut aussi pour une des meilleures bandes sonores depuis longtemps.

Affiche française du film de Paolo Sorrentino
Affiche française du film de Paolo Sorrentino

Timbuktu, effroi et poésie

Timbuktu — Abderrahmane Sissako, 2014

Film magnifique, empreint de poésie et d’humanité.

Les premières personnes victimes des intégristes sont les gens ordinaires, qui vivent simplement et les gens qui s’aiment hors-mariage. Ces intégristes sont pourtant des êtres humains, mais ils n’aiment pas la beauté des choses et les beautés naturelles ; ils n’aiment pas la vie. La musique est splendide.

L'une des affiches du film Timbuktu
L’une des affiches du film Timbuktu

 

Le casting fait le film

La famille bélier — Éric Lartigau, 2014

Kubrick a dit, à propos du Parrain, que la première qualité du film de Francis Ford Coppola était son casting et que sa réussite tenait d’abord à cela. Il ne s’agit pas de comparer ces deux films mais de souligner que si La Famille Bélier est un film très réussi c’est d’abord grâce à la distribution.

Continuer la lecture de Le casting fait le film